Moi, François Bayrou, Président de la P.P.P., solidarité territoriale, connais pas..!

Super bus à Pau : pour en savoir plus sur le tracé

Le Syndicat mixte des transports urbains de « Pau Porte des Pyrénées » prépare les plantations d’arbres sur le tracé du Bus à Haut Niveau de Sécurité entre la Gare et l’Hôpital de Pau. C’est bien !

La gestion des affaires locales est le meilleur moyen d’ausculter les convictions profondes des Elus, leurs engagements responsables et l’autorité réelle qu’ils exercent sur leur administration.

Quelles sont les vraies convictions de François Bayrou ?

Université de rentrée du MODEM, Guidel - 25 septembre 2016Interrogé par France Inter et les Echos en décembre 2016, le Président de Pau Porte des Pyrénées s’est livré.

Il « se place du côté des gens qui travaillent et qui ne gagnent pas assez » ; il croit que le meilleur moyen de relancer l’investissement est de créer un climat qui montre que l’avenir sera meilleur qu’aujourd’hui ». Il est « pour que le travail en France soit mieux rémunéré »

Le Président Bayrou candidat à la présidentielle de 2012, voulait  déjà « promouvoir toutes les forces de distribution en circuit court du producteur au consommateur, favoriser les coopératives de production et de distribution?» A l’époque, « associer les consommateurs à la démarche du produire en France, développer l’image de marque du « produit en France » étaient des arguments de campagne qu’il jugeait prometteurs…

Les résultats de François Bayrou à la présidentielleFrançois Bayrou Président aurait fait de la France solidaire une « pionnière en matière d’écologie positive, tout entière au service de l’homme et de la nature ».

En 2016, Le Président Bayrou de la P.P.P. a semble-t-il oublié de rappeler aux membres de ses commissions d’attribution des appels d’offres, et à ses services, les principes de base du développement durable.

En 2016, Pau Porte des Pyrénées attribue la fourniture des arbres du bus Palois à une entreprise de… Nimègue, en Europe, à 1300 km de Pau.

La signature du Président Bayrou officialise en effet une prise de décision étrange.

Sur le plan environnemental, le bilan carbone est désastreux: il faudra acheminer les arbres depuis le Nord de la Hollande et les techniciens de Pau Porte des Pyrénées devront se déplacer deux à trois jours en voiture  (26 heures aller-retour) ou en avion pour les choisir en pépinière.

Afficher l'image d'origineSur le plan économique, le rapport qualité prix de la transaction est désastreux. Acheter des arbres très loin et plus de 30% en deçà de la moyenne des offres de proximité est l’assurance, soit ne pas répondre aux contraintes du Cahier des Charges Techniques, soit de mettre l’Entreprise hollandaise qui fournit et ses propres fournisseurs en difficulté.

Vous Président Bayrou de souche paysanne, vous savez qu’aucune entreprise de production agricole en Europe ne fait 30% de résultat sur chiffre d’affaires, cela se saurait!

Vous savez aussi que les prix anormalement bas ne permettent pas de rémunérer correctement le travail des salariés et met en péril les fournisseurs.

Résultat de recherche d'images pour "photo faillite"

Sur le plan social, les conséquences sur les deux entreprises françaises les plus proches (entre 550 et 750 km) sont graves : 135000 € de chiffre d’affaire délocalisés, ce sont trois emplois directs qui ne sont pas financés. Ce sont donc des impôts et des charges sociales, payés ailleurs, qui ne contribuent pas à la protection sociale, civile et militaire française.

Prendre le risque de détruire de l’emploi en achetant en deçà du prix de revient et tout faire pour réduire l’assiette de prélèvement des cotisations chômage est un comportement pour le moins bizarre.

Monsieur le Président de la PPP, en tant qu’élu, vous portez votre part de responsabilité dans cette non-solidarité territoriale chronique qui attise les extrémismes.

Afficher l'image d'origineL’avènement du protectionnisme est la suite logique de ce genre de comportement. Hors, le protectionnisme est toujours l’antichambre inévitable de la guerre, qu’elle soit civile ou mondiale et du  repli sur soi synonyme d’émulation molle entre les acteurs économiques.

/files/live/sites/Balises/files/Images/Politique/cp_Murs_Pres_de_Qalandia600x417.jpgAussi, manquer de courage, ou d’autorité,  pour exiger la solidarité territoriale, quand elle est positive, et le respect des principes de base du développement durable, au motif qu’on préfère se comporter en prédateur vis-à-vis de ses fournisseurs, est une double faute politique.

Président Bayrou, vous êtes apparemment incapable de distinguer l’éthique du responsable politique, acheteur de biens, travaux et services pour la communauté, de celle de l’acheteur d’une centrale d’achat privée…

Afficher l'image d'origineLa prochaine fois, faites écrire sur le règlement de vos consultations que le moins-disant ne sera pas étudié à l’ouverture des plis; cela vous permettra d’acheter toujours au mieux disant en toute sérénité; c’est d’ailleurs tout simplement la loi ! Vous sauverez des emplois avec des deniers publics… et vous ne prendrez pas le risque de gaspiller l’argent des contribuables.

Ensuite, Vous Président Bayrou, redites à vos « troupes » que le commerce européen et le commerce national ne sont pas concurrents mais complémentaires. Seule la solidarité territoriale permet de financer la sécurité sociale, civile et militaire et de trouver les moyens d’éduquer les enfants pour demain.

Afficher l'image d'origineEquilibrer d’abord les comptes de la nation contribue naturellement à équilibrer ensuite les nécessaires échanges européens et évite la fermeture des frontières.

Vous Président, vous  devez convaincre votre administration et vos pairs que seul l’attributaire le plus « régional » possible, au meilleur rapport qualité/prix, peut avoir mandat pour vous fournir directement; charge à cet attributaire de trouver ensuite les plantes qu’il n’a pas, ou plus, partout en Europe.

C’est la logique européenne des allemands, des italiens, des hollandais depuis toujours. C’est celle de l’entreprise hollandaise qui va livrer les arbres de votre ligne de bus.

Ainsi, votre ego en sera renforcé et vous pourrez redire en toute simplicité, la prochaine fois que vous serez l’invité de Patrick Cohen : « j’avais raison, ce qui est après tout une règle assez générale ».

Afficher l'image d'origine

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *