Elus retrouvez vos racines

Platanus acerifolia 100810a strasbourg 
Mesdames et Messieurs les élus de France, retrouvez vos racines!

Seule une plante sur trois est élevée sur votre territoire pour enrichir notre cadre de vie.. !

C’est une catastrophe…nationale..!

Comment en est-on arrivé là dans un pays d’architectes paysagistes brillants et de citoyens exigeants en matière d’environnement?

En France il y a trente ans, ni les élus, ni leurs services, ni les producteurs toujours à l’écoute de la moindre prospective, ne s’attendaient à un tel déferlement de la nature en Ville.

Tilia platyphyllos fastigiata 100924d houblonnièreAu même moment dans les pays du nord de l’Europe, devant l’urbanisation en marche, les sociologues, les médecins et les écologistes ont alerté les responsables politiques sur la nécessité de confier aux plantes la tâche de conforter la santé, la sécurité et le bien-être des habitants… Dans ces pays, les élus ont très rapidement décidé de confier exclusivement aux producteurs de leurs territoires la fourniture de végétaux aux collectivités territoriales, parfois par la contrainte votée de la loi (Allemagne-1976) !

Charge aux pépiniéristes producteurs de construire, grâce à l’argent public ainsi dépensé judicieusement, des filières de production complètes et efficaces pour pallier au plus vite au manque énorme de végétaux disponibles. Ils l’ont fait avec beaucoup de talent.. !

Dans les années 80, les italiens, les français et, bien sûr, des hollandais ont exporté des plantes nombreuses vers le Nord, vers l’Allemagne surtout… Et puis, au début des années 90, grâce à l’efficacité des producteurs allemands et hollandais soutenus par leurs collectivités territoriales, les camions ont changé de sens: la France a commencé à importer en masse et pour des raisons parfois objectives, quelquefois inavouables… Sous l’oeil sidéré des quelques producteurs opiniâtres encore sur le marché, la délocalisation de la production des végétaux plantés en France a commencé.  

Mesdames et Messieurs les élus, vous avez laissé faire et vous avez usé de l’argent public des collectivités territoriales pour cela.

Grisés par les vertus de la mondialisation triomphante, atterrés par les dispositions parfois indécentes du code des Marchés et de sa jurisprudence, « à genoux » devant les agents de la DCCRF, vous avez laissé vos agents prendre l’avion pour choisir à l’autre bout de l’Europe des plantes pour certaines cultivées près de chez vous… Vous avez utilisé l’argent public pour soutenir sans contreparties  la production de richesses, l’emploi et la protection sociale de nos « amis du bout du Monde »… Vous avez ainsi découragé la production française de végétaux.

Par vos achats publics « au loin », vous avez payé ces billets d’avion, ces nuits d’hôtel, ces hectolitres de gazole brûlés dans les transports… Avouez qu’utiliser de l’argent public pour polluer et créer des emplois ailleurs n’est pas très développement durable, même si vos directeurs des Services des Marchés vous ont menacé de prison si vous exigiez des critères de proximité pour noter les appels d’offres.

Messieurs et Mesdames les élus, aujourd’hui la taille de la production de végétaux en France pour le Paysage pourrait passer en-dessous de la masse critique.

Arras 111201s Platanus bd de StrasbourgReprenez le pouvoir chez vous… Un mot de vous dans votre bureau vaut mieux que tous les règlements…  Vous seuls pouvez  participer au renouveau de la production de végétaux en France.

Pour relocaliser cette production, reconstruire des palettes végétales adaptées à vos terroirs et aux évolutions climatiques, donnez sans attendre l’ordre d’acheter vos plantes à de vrais producteurs français. Par évidence, tous vos souhaits de végétaux ne sont plus dans leurs pépinières, mais ils ne se trouvent pas non plus chez les autres qui ont fortement recours au négoce depuis toujours pour les satisfaire.

La » démondialisation »  financière et industrielle commence maintenant.

Elus et Elues, vous devez à tout prix éviter la fermeture des frontières et le repli identitaire. Pour maintenir la cohésion et les sécurités de notre société, il faut renouer avec la création de richesses sur nos territoires. Les collectivités territoriales ont encore, quoiqu’on dise, des moyens considérables pour investir. In fine, même si vous déléguez le quotidien à vos services, vous portez la responsabilité de la dépense.

Les horticulteurs et pépiniéristes producteurs de France le savent, vos mandants s’en souviennent aussi.

Alors souvenez-vous, « nos racines sont vos racines » 

Pyrus calleryana chanticleer 031107i automne

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *