Les horticulteurs et Pépiniéristes ont rarement la parole, ils ont désormais une voix…

Mortagne 101219k jardin sous la neigeEn France, comme partout en Europe, le Paysage public est financé par les collectivités territoriales, parfois aidées par l’Etat.

Même quand les temps sont durs, les élus aménagent, plantent et entretiennent les espaces publics appelés « verts » parce que leur mandat et parfois leur passion les y incitent, parce qu’ils savent que leurs électeurs y portent beaucoup d’intérêt.

Pour de nombreux Maires, afficher quelques fleurs sur le panneau d’entrée de Ville revêt une importance stratégique. Ils ont raison et l’émulation en matière de Paysage urbain est créatrice de cadres de vie salvateurs pour l’harmonie sociale et la santé des habitants.

Dans l’univers du Paysage coexistent cinq corps concernés et passionnés par les apparitions de la nature en Ville:

Les habitants constituent le corpus le plus important: les vrais « clients » du Paysage, ce sont eux. Ils savent de moins en moins comment fonctionne la nature, ils ont de plus en plus besoin de la côtoyer.

Les décideurs territoriaux, élus ou agents territoriaux, recueillent les attentes et font vivre l’environnement urbain. Ils décident de créer et entretiennent les Espaces Verts. Ce sont les moteurs du Paysage urbain.

Les artistes de la palette végétale concourent pour répondre aux attentes exprimées des décideurs territoriaux; dessiner le Paysage et le peupler d’êtres vivants, imposés ou invités, voilà leur mission. Ce sont les vrais architectes concepteurs de nos cadres de vie et bien souvent ils sont maître d’oeuvre des réalisations.

Les entrepreneurs du Paysage construisent et plantent et arrosent; l’avenir des réalisations paysagères dépend d’eux.

Les pépiniéristes et les horticulteurs sont les vraies racines du Paysage; sans leurs choix de plantations, sans leurs soins aux végétaux, sans leur ancrage dans les territoires et la transmission de leur savoir-faire, le Paysage urbain n’a pas de vrais racines, il est artifice sans culture…

Si les racines du Paysage urbain travaillent encore le sol des campagnes de nos villes, seulement une plante sur trois plantée en France provient de ses campagnes.

Il faut changer cela. 

Les pépiniéristes et les horticulteurs ont rarement la parole pour le crier.

Ils ont désormais une voix.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *